Le mal de dos : un tueur mystérieux

Mar 16, 2017 par

Activité professionnelle, pratique sportive, ou encore tâches ménagères du quotidien sont susceptibles de nous causer des douleurs dorsales, des gênes fonctionnelles, des contraintes intra-discales, etc. Le mal de dos est-il réellement la maladie du siècle ?

mal de dos tue

Mal de dos et mortalité ?!

Une seconde étude, Danoise, publiée au sein de « the European Journal of Pain », a appuyé ce fait avec une population de 4 390 individus, âgés de plus de 70 ans qui présentait un risque augmenté de décès, du fait de douleurs au dos. Dans l’étude, toutes les causes de mortalité étaient considérées, mais, il a été observé que le risque de décès serait davantage causé par une pathologie cardiaque.

Parmi les douleurs du rachis, celles touchant les lombaires (vertèbres situées au niveau du bas du dos), seraient celles qui causeraient le plus de problèmes.

A savoir ! Le rachis (autre nom donné à la colonne vertébrale) est constitué de 33 vertèbres. Ces dernières se divisant (du crâne au bassin) en : 7 cervicales, 12 dorsales, 5 lombaires, 5 sacrées et 4 coccygiennes.

Les recherches australiennes sur le sujet ont notamment témoigné que, comparé aux individus ne présentant aucune douleur au niveau du dos, un patient souffrant d’une lombalgie (douleur chronique au niveau du bas du dos), présentait 13 % de risque supplémentaire de mortalité.

Cependant, ces résultats demandent à être complétés au travers d’autres études scientifiques. En effet, bien qu’un lien de cause à effet entre mal de dos et risque accru de mortalité a été prouvé, les raisons exactes restent toujours ambiguës.

Une hypothèse sur le sujet a été émise : le développement de douleurs rachidiennes serait la  conséquence d’une mauvaise hygiène de vie et/ou d’un état de santé général dégradé, d’où un risque accru de mortalité.

infographie mal de dos

Le mal de dos, une réelle problématique…

Au vu de l’augmentation rapide de l’espérance de vie mondiale et du vieillissement de la population, les douleurs rachidiennes font partie d’une problématique conséquente en termes de maintien de l’indépendance des personnes âgées, selon les scientifiques.

En ce sens, les douleurs du dos se doivent d’être reconnues comme étant une cause importante du développement de pathologies sous-jacentes, impactant à la fois l’espérance de vie et la qualité de vie. Cette problématique internationale, se doit d’être prise en considération sérieusement, notamment chez les patients aux pathologies sous-jacentes, et d’un âge avancé.

Au-delà de ces constats, d’autres recherches ont permis de mettre en évidence que certains médicaments, utilisés pour traiter et/ou soulager les douleurs rachidiennes, tels que le paracétamol ou les anti-inflammatoires, pouvaient être inefficaces et présenteraient même, dans certains cas, des effets néfastes sur la santé.

Enfin, quelques recherches se sont également intéressées au développement de pathologies dorsales, influencées par certains facteurs, dont la génétique, ou la dépression.

En résumé de ces études, nous retiendrons que :

  • Les douleurs rachidiennes touchent près de 700 millions de personnes dans le monde ;
  • Ces douleurs sont à l’origine d’autres conséquences sanitaires et impactent la vie quotidienne des patients ;
  • Les coûts associés sont à la fois, directs et indirects ;
  • Le mal de dos aurait un impact négatif sur l’espérance de vie des patients.

Delphine W., Ergonome spécialisée en Santé au Travail


Sources :
Is back pain killing us? M. Fernandez and al. University of Sydney. ScienceDaily. Publié le 23 février 2017.
Research paper topics Writemyfirstessay.com, 2017

Delphine W.

Étudiante ergonome spécialisée en santé au travail.

Spécialiste dans la santé, le bien-être et l’adaptation de l’environnement de travail à l’Homme.

Passionnée par le sport, intéressée par la cuisine et captivée par l’écriture.

Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.


Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.