Le repos strict Raidissement volontaire des structures vertébrales


Conséquences du repos sur la lombalgie

Le plus souvent, le repos strict aggrave la lombalgie

 

Le repos strict

On a longtemps considéré que le repos strict permettait de guérir la lombalgie. Quelques jours au lit quasiment sans bouger auraient permis de faire disparaître la douleur. Or, il a été montré que rester au lit plusieurs jours prolonge la durée des symptômes.

La repos strict est encore aujourd'hui souvent pratiqué en cas de lombalgie, ce qui aggrave la lombalgie.

 


Raidissement volontaire des structures vertébrales

mécanisme de la zone lombaire

Seule la zone lombaire est sollicitée

 

Mécanisme

Le patient lombalgique a tendance à raidifier la partie de sa colonne douloureuse. En cas d'effort, il contracte les muscles de cette zone afin qu'elle reste rigide.

Dans le cas d'une torsion ou d'une flexion, normalement, la partie basse du corps devrait compenser cette raideur de la colonne : flexion des genoux, poussée par les muscles des cuisses... Malheureusement, cette partie du corps est souvent peu sollicitée et n'est pas apte à soulager la colonne.

 
Causes
Causes du raidissement

La principale cause est que l'on pense souvent que si on ne se sert pas d'une articulation, elle est moins douloureuse. D'ailleurs, ceci est confirmé par le fait que si on sollicite trop une articulation, elle devient effectivement douloureuse. Néanmoins, cette croyance est erronée, puisque l'on a démontré aujourd'hui que si on bloque une articulation, la douleur augmente.

La vision suite à radiographie ou scanner d'une anomalie anatomique (hernie, arthrose...) encourage aussi le raidissement de la colonne.

Conséquences au niveau de la vertèbre
Conséquences

Le raidissement de la colonne sans compensation par le bas du corps amène une concentration de l'effort sur certains tronçons de la colonne vertébrale, qui soit deviennent douloureux, soit limitent les mouvements.

Le raidissement provoque donc :

  1. une aggravation de la lombalgie,
  2. une augmentation de l'incapacité.