Travailleurs de force Travail sur poste informatique


Travailleurs de force

Le problème
Déséquilibre musculaire

La répétition du soulèvement de charge chez ces professionnels développe les masses musculaires du tronc et des membres inférieurs.

Avec le temps, ce développement est souvent déséquilibré. La musculature se comporte de part et d'autre de la colonne comme les haubans qui stabilisent le mât. Les efforts répétés pour soulever la charge et surtout pour la stabiliser sollicitent beaucoup cette musculature.

En arrière de la colonne vertébrale, la musculature se développe en perdant de l'élasticité, comme si elle se raccourcissait. Elle a tendance à gêner la mobilité du tronc lorsque l'on se penche en avant.

Alors qu'en avant les muscles abdominaux ont tendance au relâchement progressif. Ce relâchement favorise le développement d'un abdomen proéminent qui déséquilibre le tronc comme le ferait un sac à dos porté sur le ventre.

Homme avec un abdomen proéminent
Relâchement des muscles abdominaux amenant à un abdomen proéminent
Manque de souplesse

Masse musculaire importante mais sans souplesse en arrière de la colonne vertébrale.

 

Lombalgie
Contraintes mecaniques

Ces déséquilibres contribuent à l'installation d'une raideur progressive des segments mobiles de toute la colonne.

La charge du tronc se déséquilibre progressivement vers l'arrière, augmentant progressivement les contraintes sur les articulaires postérieures situées à l'arrière des vertèbres. Ce déséquilibre se manifestant par des douleurs.

On peut considérer que les métiers de force, par la répétition des "soulevés" façonne l'équilibre ou le déséquilibre du tronc, autant par la quantité des charges cumulées que par la façon de porter.

Ainsi, chez ces personnes, ce sont les modifications musculaires et les contraintes mécaniques, et non pas le vieillissement qui amènent la perte de souplesse de la colonne, mais avec les mêmes conséquences : la lombalgie.

Facteur aggravant : raideur des jambes

On constate souvent dans ces professions une faible souplesse au niveau des jambes, notamment au niveau des ischio-jambiers (muscles arrière des cuisses).

Ce manque de souplesse est à la fois la cause et la conséquence d'une façon de soulever les charges : la charge est soulevée lors d'un mouvement de plongée en avant et redressement tout en force.

Ce type d'effort concentre toute la mobilité au niveau des lombaires, puisque la rotation du tronc s'effectue à ce niveau. Cette sur-sollicitation est une des causes aggravantes de la lombalgie.

Sur-sollicitation des lombaires
Sur-sollicitation des lombaires et manque de souplesse des ischio-jambiers
Raideur des ischio-jambiers
Raideur des ischio-jambiers
Facteur aggravant : surpoids

Homme en surpoids au niveau abdominalOn constate souvent dans ces professions un surpoids se concentrant au niveau abdominal. Cette localisation du surpoids est classique chez l'homme (contrairement aux femmes où il se porte plus sur les cuisses).

Ce surpoids localisé augmente la charge abdominale qui tire en avant sur la colonne. Il amène en réaction une attitude posturale de rééquilibrage vers l'arrière, aboutissant à une augmentation de la cambrure lombaire (position similaire à celle de la femme enceinte). Cette cambrure est source de douleur par sollicitation des articulaires postérieures de la colonne vertébrale.

Ce surpoids est souvent lié :

  1. à la sédentarité : le port de charges dans l'activité professionnelle " dispensant " d'autres activités physiques,
  2. à une alimentation trop riche et trop importante.

 


Que faire ?
Déformations irreversibles

Éviter les déformations irréversibles

 

Principe

Tout effort similaire répété entraîne des " déformations " d'ordre musculaire (développement de certains muscles et/ ou atrophie d'autres muscles) et postural (certaines positions ou postures non naturelles deviennent habituelles).

L'objectif est de limiter ce phénomène avant qu'il ne devienne irréversible.

Le dos

On conjugue deux types d'exercices :

  1. assouplissement et étirement des muscles du dos,
  2. ouverture du thorax en avant ( par ex. nage sur le dos) pour maintenir la meilleure souplesse de la colonne.
Assouplissement ischio-jambiers

Assouplissement ischio-jambiers

 

Les jambes

Il convient d'assouplir les ischio-jambiers (muscles situés derrière les cuisses). Cet assouplissement permet la flexion des jambes, jusqu'à l'accroupissement si nécessaire.

Ceci permet de développer la disponibilité des membres inférieurs dans les positions basses. Le soulèvement d'une charge va alors être produit en grande partie par les cuisses, épargnant les lombaires.

La sédentarité

Des exercices d'entretien d'endurance à l'effort, tels que la marche, le footing ou la natation vont permettre de limiter la sédentarité.

Le surpoids

Une illusion fréquemment entretenue consiste à penser que l'on brûle beaucoup de calories parce que l'on effectue des efforts violents plusieurs fois dans la journée.

Si un facteur qui fait une tournée en bicyclette de 5 heures brûle à cette occasion près de 1000 calories, le fait de porter des cartons de 20 kilos 20 fois dans sa journée sur une distance de quelques mètres ne brûle qu'une centaine de calories, donc ne justifie pas d'augmenter l'alimentation.

C'est la durée totale de l'effort qui détermine si oui ou non une alimentation plus importante est justifiée.

Il convient donc d'adapter son alimentation à son activité, et de perdre du poids en cas de surcharge au niveau de l'abdomen.

On fera aussi particulièrement attention, lors de l'arrêt ou du changement d'activité professionnelle, à changer l'alimentation en fonction de la nouvelle activité, notamment si celle-ci est sédentaire.

Porter des cartons

 

Brûler des calories en marchant

 

 


Travail sur poste informatique

Le problème
Qui est concerné ?
Sédentarité et immobilité = risque de lombalgie

Sédentarité + immobilité = risque de lombalgie.

Cette partie concerne les personnes qui passent de longues heures d'affilée assisses devant un poste informatique.

Deux facteurs sont à prendre en compte :
  1. le temps global passé assis (sédentarité),
  2. la durée de maintien de la position sans changer de position (immobilité).
Lorsque sédentarité et immobilité se conjuguent, le risque de lombalgie augmente.

Enroulement colonne vertebrale

Enroulement progressif de la colonne
chez les personnes travaillant sur poste informatique. L'enroulement de la colonne favorise les contractures musculaires.


De position de travail...
On constate chez ces personnes un enroulement progressif des épaules et du dos vers l'avant.

Cet enroulement s'il est naturel chez toute personne avec le temps, est accentué par la position assise devant un poste informatique : les coudes s'écartent, les épaules rentrent vers l'avant, la tête avance et le haut du dos se courbe.

Avec le temps cette position, si elle se prolonge, participe à l'évolution vers une attitude en enroulement. Cette position a tendance à devenir permanente si un entretien physique régulier n'est pas fait pour maintenir la souplesse et corriger la posture.

...à la lombalgie
L'adoption d'une posture d'enroulement du tronc avec raideur de la colonne va solliciter de façon importante et continue les muscles de la colonne. Cette sollicitation produit des contractures plus ou moins permanentes. Ces contractures peuvent aggraver une lombalgie existante, voire en être la cause principale.

Que faire ?
Raideur et enroulementPrincipe
L'objectif est double :
  1. éviter que la posture d'enroulement ne devienne permanente,
  2. éviter la raideur de la colonne.

Adéquation du poste de travail
L'adéquation des caractéristiques du poste (positions respectives chaise - table - écran - clavier - souris) aux caractéristiques morphologiques de la personne permet de travailler dans une meilleure position et limite les risques d'enroulement du thorax.

Exercices
Comme dans tout problème de position prolongée, il est important de faire des exercices contraires pour assurer souplesse et conserver un meilleur équilibre postural.

Pendant la semaine, sur le lieu de travail, la pratique d'étirements réguliers est bénéfique : quelques étirements toutes les 20 ou 30 minutes suffisent. Le simple fait de se lever et d'étirer le dos et les épaules vers l'arrière est très utile.

Le week-end et si possible une fois par semaine, la pratique d'efforts physiques plus complets et sollicitant tous les muscles est conseillée : gymnastique de détente, natation, footing, tai-chi... Le fait que cette activité soit un plaisir ou soit pratiquée dans la cadre d'un groupe favorise la régularité et aide à continuer année après année.

Alterner phases assises et phases d'activité

Les phases assises sont interrompues par des phases d'activité debout : le risque de lombalgie diminue.